Publié le

La fleur du fruit de la passion, une beauté exceptionnelle


Connaissez-vous cette fleur ? Celle du fruit de la passion ou Passiflore ? D’une beauté exceptionnelle avec des détails infinis et des couleurs vives, c’est un véritable plaisir pour les yeux !

Appelée également grenadille ou maracuja, cette plante grimpante originaire d’Amérique du Sud, peut désormais arborer nos jardins sous certaines conditions.


Exposition de la passiflore

La grenadille a besoin de chaleur et se cultive dans un environnement chaud. Optez pour une exposition ensoleillée et protégée de vents froids et asséchants.

Comme tout plante grimpante, elle va avoir besoin d’un support pour s’arrimer et s’épanouir. L’idéal est donc de la placer contre un mur qui saura lui restituer la chaleur emmagasinée pendant les journées.



Quel terre pour le fruit de la passion ?

Une plantation en pleine terre est nettement favorable, dans un sol riche et humifère mais léger et bien drainé avec un préférence pour un mélange à tendance acide faite de terre de jardin et de terre de bruyère.

La culture en pot fonctionne également très bien et dans ce cas il est important de veiller à bien la tailler pour maintenir un équilibre entre le volume aérien de la plante et le volume de la motte.



Quand planter le maracuja ?

On plante en principe au printemps les plants qui ont déjà quelques années.

Quant aux semis, vous pouvez les réaliser à partir de graines fraîches récoltées dans un fruit dès fin mars – début avril ; attention toutefois à ne pas conservez pas les graines trop longtemps car le semis ne réussit que si celles-ci sont fraîches.

Pour cela, récupérer les graines et nettoyez-les à l’eau claire dans une passoire pour les débarrasser entièrement de leur pulpe. Ensuite, déposez et enveloppez les graines dans du papier absorbant, et déposez le tout sur du terreau à semis, recouvrez d’une fine couche de terreau et humidifiez avec un vaporisateur.

Conservez- les à la lumière et à la chaleur (20° environ) et brumisez régulièrement jusqu’à l’apparition des premières feuilles qui lèvent sous 20 jours en moyenne.

Dès que les jeunes plants ont 4 à 5 feuilles, repiquez-les dans des godets individuels. Les jeunes plants seront à rentrer l’hiver ou à protéger d’un voile d’hivernage et d’un paillage s’ils restent en extérieur.

Arrosage de la grenadille

En été, arrosez généreusement tôt le matin ou tard le soir, au pied de la motte et sans asperger le feuillage ni les fleurs. Le reste de l’année laissez la nature faire… En cas d’absence de pluie prolongée quelques mois, arrosez modérément.



Entretien du Maracuja

Au printemps, taillez et rabattez la passiflore qui peut vite devenir envahissante. Supprimez les rameaux morts qui auraient pu être brûler par le froid au raz de la motte et n’ayez crainte la passiflore supporte très bien les tailles même sévères.

La taille d’entretien, quant à elle, se concentre sur les tiges secondaires de l’année précédente, non ramifiées. Coupez les tiges à 20 cm de la base. Les tiges principales qui forment la structure sont quant à elles conservées.

Si toutes les parties aériennes semblent avoir gelées, coupez tout le plant à raz. Si les racines n’ont pas été impacté, le plant repartira de la souche.

En été pendant la floraison, supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure.

A noter qu’il n’est pas utile de tailler les 4 premières années et qu’il faut comptez environ 3 années de culture avant de pouvoir déguster les premiers fruits.


Maladies de la Passiflore

Le maracuja est sensible aux pucerons, araignées rouges et mouches blanches ou aleurodes en cas de sécheresse, ou encore aux cochenilles en cas d’excès d’humidité.

Dans ce cas traitez par pulvérisation avec une solution à base de savon noir et ajuster l’humidité pour rétablir un équilibre.


Comment profiter des fleurs ?

Malheureusement, les fleurs du fruit de la passion ne se travaillent pas vraiment en bouquet. Il est donc pas possible d’en profiter en tant que fleurs coupées dans un vase traditionnel.

Ma petite astuce pour en profiter dans la maison est une présentation des fleurs à plat comme des bougies flottantes, en décor de table. Dans ce cas, coupez à raz la fleur, posez-la sur l’eau et laissez-la tout simplement flotter comme sur la photo ci-dessous !


Mon matériel de jardinage

(*Liens affiliés : en passant par ces liens, vous me permettez de toucher un petit pourcentage sans que cela ne vous coute plus cher évidemment. Merci infiniment pour votre soutien !)

Publié le 2 commentaires

Seed Bombs ou Bombes de Graines, qu’est-ce que c’est ?

Lancez et fleurissez ! Voilà en 2 mots le grand principe des Seed bombs ou Bombes de Graines dont on parle tant en ce moment.

Alors que sont les Seed Bombs ou Bombes de Graines ? D’où viennent-elles et à quoi servent-elles ?


Inventées en Egypte antique dans le but de re-fleurir les prairies inondées par les crues du Nil, les Seed Bombs ou Bombes de Graines consiste à créer une boule composée de terre et d’argile renfermant des graines.

Evidemment, ce mélange a son utilité. L’argile a pour objectif de protéger les graines des insectes, oiseaux et autres rongeurs qui viendraient s’en délecter, et, saura aussi retenir l’humidité des premières pluies nécessaire pour faire germer les graines. Quant à la terre végétale, elle apportera les nutriments pour la croissances des plantes.


Aujourd’hui, revenues à la mode, on utilise les bombes de graines pour fleurir des espaces escarpés, difficiles d’accès, des bordures de routes, de murets, d’allées, de rocailles, mais aussi plus simplement en jardinières ou pots.

Il est préférable des stoker les bombes de graines à l’abri de la lumière et de l’humidité et de patienter jusqu’aux Saints de Glace après le 15 Mai avant de les lancer pour écarter tout risque de gelée.

Une fois lancée, la boule éclate et sème les graines… Une belle promesse pleine des surprises vous attends ! Des fleurs variées annuelles ou vivaces, mellifères c’est à dire qui attirent les insectes pollinisateurs comme les abeilles, les papillons. Quelles fleurs, quelles couleurs et quel résultat ?

Une activité ludique à pratiquer en famille, un acte aujourd’hui éthique, éco-responsable et presque militant !


Retrouvez en exclusivité sur la boutique en ligne, les bombes de graines Grenade à Fleurs « Prairies Fleuries » à l’unité, par lot de 3 ou 5.

Dans le cadre de notre engagement pour l’environnement et la biodiversité, OsezPlanterCaPousse est heureux de reverser 15% des ventes au profit de l’association Flowers for Bees de l’OPA Observatoire Français d’Apidologie.


Savourez le Flower Power et faites une bonne action pour la planète en préservant les insectes pollinisteurs !

Lancez et fleurissez !

Publié le

Atelier BOMBES DE GRAINES Sam 13 Mars 2021


Succombez à la fierté de créer vos Bombes de Graines !


Votre fierté du jour sera d’apprendre et de réaliser les techniques de création de bombes de graines.

Vous repartirez ainsi avec une dizaine de bombes de graines méllifères pour prairies fleuries – vivaces et/ou annuelles – et bombes de graines aromatiques, l’ensemble du matériel étant fourni ! 

Ainsi, vous pourrez ensemencer les espaces escarpés et rocailles de votre jardin, ou encore les utiliser en bacs ou jardinières à balcon.

Apprentissage des techniques de « terrorisme semencier », partage de savoir-faire et bonne humeur seront au rendez-vous !


Le tarif comprend la fourniture pour la réalisation d’une dizaine de bombes de graines méllifères vivaves et/ou annuelles pour prairies fleuries, des graines aromatiques, de l’argile et du substrat, ainsi que le coaching et l’animation. Chaque bombe fleurit env. 1m2.

Un petit cadeau idéal pour se faire plaisir ou à offrir.


De nombreuses surprises cadeaux vous attendent !

Les places sont limitées et deux créneaux horaires sont disponibles (9h ou 10h30). Inscrivez-vous vite sur le lien ci-dessous, ou notre page Facebook. Distanciation et règles sanitaires respectées !


Pour nous trouver, rendez-vous aux Serres du Lycée Horticole 24 chemin de la Brocardière 69570 DARDILLY. Autoroute A6 Direction Paris – Sortie 34 Technopole Verte – Techlid pole économique puis suivre le fléchage « Les Serres ».

Un parking fermé est à votre disposition.


Remerciements aux partenaires :


Envie d’en savoir un peu plus, regardez les vidéos réalisées à l’occasion de précédents ateliers.



Publié le

Sauvons les abeilles ! Des milliards de fleurs pour les abeilles !

Du 14 au 23 juin 2019 a lieu la 3ème édition de cette opération intitulée « La semaine des fleurs pour les abeilles ».

A l’initiative de Val’Hor, l’interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage et, de l’Observatoire français d’Apidologie, il s’agit de l’une des plus vastes opération de mobilisation entreprise en faveur des abeilles, espèce en voie de disparition et indispensable à la pollinisation.

Sans les abeilles, nous aurions une planète sans fleurs, sans fruits et sans légumes !

L’opération se résume donc en un geste très simple : semer et planter des milliards de fleurs mellifères, dont les abeilles raffolent car leur pollen est de qualité et en quantité suffisante ; ceci dans le but de renforcer leur alimentation cet été et d’agir en faveur de l’environnement et de la biodiversité.

Ainsi, des centaines d’entreprises vont mobiliser leurs collaborateurs pour semer et planter des milliards de fleurs mellifères partout où c’est possible : jardinières, balcons, terrasses, espaces verts, jardins, friches, champs, bords de route…

A cette occasion, des fondations dont celle du Prince Albert II de Monaco par exemple, des entreprises et plus de 750 professionnels du végétal participent à cette opération en mettant à l’honneur des plantes mellifères dans leurs boutiques.

D’après l’étude réalisée par Kantar TNS pour Val’Hor en Janvier 2019, près de 90% des français sont inquiets de la disparition des abeilles.

Alors pour participer à cette opération, rendez-vous dans les jardineries de votre quartier, achetez et semez des fleurs mellifères et suivez l’opération sur www.flowersforbees.com et les hastag #Onsème et #flowersforbees.



Crédit photos et textes : OsezPlanterCaPousse
Publié le 5 commentaires

Comment se créer une jungle urbaine pour 0€ ?

Vous avez envie d’une jungle urbaine luxuriante, d’élargir votre collection de plantes, mais vous ne pouvez malheureusement pas vous offrir toutes celles dont vous rêvez.

Découvrez dans cet article comment cultiver des plantes vertes, fleuries, plantes aromatiques, arbustes même des arbres fruitiers sans dépenser 1€.

Tout est à portée de main et tout est possible ! Encore faut-il connaître les ficelles pour se constituer rapidement une véritable collection digne de ce nom.

Quelques notions de base sont nécessaires pour savoir où et comment faire et à minima il vous faudra tenter l’expérience !


UN PEU D’OBSERVATION ET DE BIOLOGIE

La nature était présente sur terre bien avant l’arrivée de l’homme et elle ne nous a pas attendu pour se reproduire. Tout être vivant de la faune se reproduit naturellement.

À un âge mature, la plus part des plantes produit au printemps des fleurs qui se transforment en fruits pendant la belle saison après pollinisation.

Lesquels, arrivés à maturité fin d’été, vont tomber au sol, se désagréger naturellement en automne en se séparant de la pulpe pour ne laisser rien d’autre que les futures graines, gage d’une nouvelle vie végétale en devenir.

Ainsi, vous l’aurez compris, les graines se trouvent au cœur de chaque fleur ou fruit arrivés à maturité.

Ces mêmes graines subiront naturellement une période de froid pendant l’hiver nécessaire à leurs germinations.

Voilà comment les choses se passent à l’état sauvage. C’est le cycle naturel de reproduction des végétaux ! Garder bien cela en tête, car il faudra parfois tenter de reproduire ces conditions.


RENTRONS DANS LE VIF DU SUJET

A peu près tout ce que vous croisez sur votre chemin peut potentiellement être bouturer et cultiver.

Profitez d’une balade dans les bois pour faire quelques cueillettes. Muni de votre sécateur, vous avez sous vous yeux à votre disposition toute une multitude de graines et végétaux qui se bouturent ou se cultivent très facilement.

Vous pouvez prélevez plusieurs variétés tels que le lierre, la mousse, des glands de chênes ou de marrons déjà germés ou à faire germer, des herbes aromatiques sauvages telles que la menthe, le romarin, ou encore de la lavande sauvage.

Jeune chêne obtenu à partir d’un gland

Dans votre cuisine, vous avez à disposition les graines des fruits et légumes que vous consommez. Vous pouvez récupérer les graines de tomates, aubergines, courgettes… Pour cela, il vous suffit de bien retirer la pulpe des graines, de les faire sécher à l’air libre quelques jours, et de les soumettre au froid quelques temps (soit au frigo, soit en extérieur de façon naturelle) afin qu’elles puissent germer au printemps suivant.

Vous pouvez procéder de même et conserver aussi les noyaux d’avocat, d’abricot, de pêche et mêmes les pépins de citron par exemple.

J’ai personnellement déjà fait germer des graines de palmiers, des noyaux de pêcher et des pépins de citron. Actuellement, je laisse grandir les arbres fruitiers en attendant de les greffer afin d’obtenir des fruits (futur article sur le greffon à venir).

Un précédent article montre à titre d’exemple où et comment récupérer les graines d’une rose trémière. Cette technique est duplicable sur bien d’autres plantes fleuries.

Découvrez vite les astuces qui m’ont permis de faire pousser un pêcher à partir d’un noyau et des citronniers à partir de pépins de manière ultra détaillée, étapes par étapes.

Pensez bien que toutes les graines, maintenant vous savez où les chercher, et comment les faire germer, peuvent vous fournir une nouvelle plante, voire même des légumes ou des fruits.


APPRENEZ A RÉALISER VOS PROPRES BOUTURES

Le bouturage est une des manières simple de multiplier les végétaux. Cette technique consiste à prélever un bout d’une plante dans le but d’en obtenir une seconde qui aura les mêmes caractéristiques que la plante mère, puisqu’elle ne provient pas d’une reproduction naturellement pollinisée.

Pour optimiser vos chances de réussite, il convient de bouturer au printemps. C’est la période de reprise des végétaux, idéale pour les mises en boutures.

Le principe est le suivant : pour raciner, la bouture prélevée sur le plant mère doit être saine, mature et sans fleur !

Ainsi, la réussite de vos boutures réside donc presque uniquement dans le fait de savoir faire de bons prélèvements.

Les boutures de plantes vertes ou plantes fleuries à prélever sont essentiellement des tiges non fleuries, (j’insiste une bouture de tiges fleurie ne prendra pas) avec du bois ou non selon les variétés. Les boutures racineront soit en eau, soit directement plantées en terre selon les variétés.

Voici quelques exemples de bouture de plante verte :

  • Le Pothos, le lierre, le tradescantia par exemple sont des plantes qui se bouturent très simplement. Coupez une branche sous un nœud et laisser raciner dans l’eau pendant environ 1 mois. Puis replantez dès que vous avez 5-6 belles racines de 5 -10 cm. Pour plus de détails, consulter l’article sur le Pothos.

Boutures de Pothos racinées en eau. Crédit Photo : Meeschmid_plantlady
Pothos raciné

  • Un autre exemple de bouture de plante fleurie réalisée à partir d’une feuille avec ce magnifique Bégonia Bertinii :

Feuille de Bégonia racinée

Plante mère

Ou encore avec un Pilea :

Feuille de Pilea racinée

  • Pour les plantes succulentes, on bouture à partir de tiges mais également à partir de feuilles uniquement.

Déposez des feuilles saines prélevées sur la plante mère sur une terre légère. Placer les boutures dans un environnement lumineux à l’abri des courants d’air, à température ambiante. N’arrosez pas au risque de faire pourrir les feuilles ! En quelques semaines, des racines ou nouvelles feuilles apparaitront sur l’extrémité, là où la feuille a été sectionné.

Feuilles de succulente racinées

Découvrez en image dans ces 2 vidéos comment bouturer des tiges et des feuilles de succulentes.

Découvrez aussi comment bouturer une incontournable plante aromatique, la menthe :


MULTIPLIEZ VOS PLANTES PAR DIVISION

La division de la motte est aussi une solution pour augmenter votre collection.

Découvrez comment diviser un plant dans cette vidéo et comment bouturer une plante grasse directement en terre avec le Sansevieria.


PENSEZ A PRÉLEVER DES SPÉCIMENS CHEZ VOS AMIS

Je ne connais pas un ami sympa qui refuserait que vous partiez avec une petite bouture de la plante qui vous a tapé dans l’œil, en échange de laquelle vous pourriez lui en proposer une de votre propre collection :-).


CONNAISSEZ-VOUS LES AUTRES ALTERNATIVES ?

Échangez pour mieux consommer et troquez vos plantes ou vos boutures entre amis physiques ou virtuels.

Sur Facebook il existe une communauté d’environ 6 000 membres et 2000 followers qui s’appelle « Troque ta plante ». Le principe est simple et gratuit ! Vous échangez soit par envois postaux, soit par remise en main propre des graines, des plantes ou des boutures. Plus de 20 grandes villes françaises ont déjà leur groupe Troque Ta Plante, de quoi vous permettre de constituer votre collection pour 0€ ou le prix d’un timbre. Pour plus d’infos, rendez-vous sur la page Facebook de Troque Ta Plante ou sur leur Instagram.

Enfin, une seconde alternative à moindre coût est possible. Il existe des jardins éphémères organisés en plein centre ville dans toute la France qui proposent un très large choix de plantes à prix tout doux 2€, 5€, 10€. Pour avoir testé, le rapport qualité prix est plus qu’excellent. Pour plus d’infos, rendez-vous sur la page Facebook de Maison Bouture ou sur leur Instagram.

Si cet article vous a plu ou vous a été utile, n’oubliez pas de Liker, Commenter et Partager et de vous abonner au Blog et à la chaîne Youtube.

Crédits photos textes et vidéos : OsezPlanterCaPousse®
Publié le 8 commentaires

Faire pousser un citronnier, un jeu d’enfant ! #Tuto #DIY

Et oui faire pousser un citronnier chez soi c’est possible et ultra simple.

Il suffit d’un peu de patience, et en un mois et demi environ vous aurez vos premières pousses de citronnier. Cela fait rêver, n’est-ce-pas ?

Tentez l’expérience, c’est un jeu d’enfant !


MÉTHODE DE GERMINATION DES PÉPINS

Sélectionnez parmi vos citrons, de préférence bio, le spécimen plus savoureux et juteux. Puis suivez attentivement les 6 étapes décrites ci-dessous.

img_1550-1
Citron sélectionné

1/ Prélevez les plus beaux pépins bien dodus et fermes.


2/ Nettoyez-les à l’eau claire légèrement chaude de manière à retirer entièrement la pulpe à l’aide d’une brosse à dent.


3/ Faites-les sécher ensuite à l’air libre même sous les rayons du soleil directs pendant 8 jours. Les pépins doivent être complètement secs et propres comme sur la photo.

img_0909
Pépin de citron séché prêt à germer

4/ Mettez-les ensuite dans un bol avec de l’eau à température ambiante pendant 48 heures afin que les pépins se ré-humidifient en profondeur et que les molécules d’eau pénètrent bien à l’intérieur pour « réveiller » la graine.


5/ Enrobez les pépins dans du coton humide à l’abri de la lumière dans le noir complet (dans un placard ou tiroir par exemple) pendant 25 jours environ, le temps que les germes apparaissent. A la manière des lentilles que nous avons tous fait à l’école un jour…

Portez une attention particulière à ce que le coton reste bien humide mais pas détremper non plus, sinon des moisissures pourraient se développer.

Il faudra donc surveiller régulièrement ce qui vous donnera l’occasion de constater que les pépins ont grossi par rapport à l’étape 3. Et c’est bien normal, ils sont pleins d’eau et les germes sont en train de se constituer.

Il faudra aussi ré-humidifier  les cotons autant de fois que nécessaire à raison d’une fois par semaine environ.

Soyez vigilant, cette étape d’humidification est primordiale pour la levée des germes. Si vous les oubliez un peu et que les cotons sont tout secs, ré-humidifiez généreusement, ce n’est peut-être pas perdu…

img_1549-1
Pépins germés au bout de 25 jours

6/ Plantez ensuite délicatement les pépins germés dans un pot de petite taille (4-5 cm de diamètre), et ce dès que les germes mesurent environ 1cm en dirigeant les germes vers le bas. Le cas échéant, ce n’est pas très grave, la gravité fera le reste et dirigera le germe dans le bon sens.

Recouvrez d’une fois à une fois et demi son volume d’une terre très légère qui aidera au bon développement des racines.

Arrosez généreusement sans pour autant détremper la terre puis exposez au soleil. Les premières pousses lèvent en 10 à 15 jours seulement.

Attention, si vous cassez les germes, c’est foutu ce n’est pas la peine d’aller plus loin. Jetez et recommencez 🙂


5 jours plus tard les premières tiges et feuilles apparaissent.


5 jours encore plus tard, la croissance des tiges et des feuilles est notable.

Jeunes pousses de citronniers
Jeunes pousses de citronniers

Restera ensuite à greffer votre plant, ce qui fera l’objet d’un futur article, le temps que vous tentiez l’expérience et que le plant grandisse un peu.

J’ai eu 100% de réussite sur la germination des pépins et la levée des jeunes pousses. Je vous l’avais dit, un jeu d’enfants, alors à vous de jouer 🙂 !


A découvrir : l’article réalisé 1 an après


Crédits photos et textes : OsezPlanterCaPousse® Reproductions strictement interdites sous peine de sanctions.
Publié le

Envie d’un café, faites pousser un caféier…

Le caféier d’Arabie est un arbuste vivace au feuillage persistant d’un vert bien franc, brillant et gaufré. Originaire d’Afrique de l’Est, le caféier atteint entre 2 à 5 mètres de hauteur, voire plus dans son environnement naturel.

Arbre des tropiques, il aime la chaleur, la lumière et l’humidité et ce toute l’année. C’est pourquoi, on le cultive généralement en intérieur sous nos latitudes en pot, bac ou jardinière. Il réclame une température relativement constante comprise entre 18 et 21°C, et ne supporte pas de températures inférieures à 13°C.

Affectionnant un sol acide type terre de bruyère, il s’expose mi-ombre ou au soleil. Sa croissance est relativement lente, sa première fructification arrive généralement au bout de 4 ans ; et son entretien est limité.

Le caféier peut fleurir tout l’été et donne de petites fleurs blanches groupées très odorantes et éphémères. En effet, les fleurs fanent très rapidement pour laisser place aux fruits en forme de cerises très décoratifs qui, eux, mettent plusieurs mois à se former. Ainsi, les fruits passent par différents stades de maturation offrant une palette de couleur de fruits d’abord verts, puis jaunes et enfin rouges grenat.

Enfin chaque fruit contient deux graines de café ovales.

Caféier
Caféier
Caféier
Caféier
Publié le 2 commentaires

La Rose trémière, comment récupérer les graines ? #DIY

Vous connaissez certainement cette plante vivace aux milles couleurs et fleurs. Savez-vous que vous pouvez récupérer les graines très facilement ?

Atteignant une taille très honorable d’environ 2 mètres de haut, la rose trémière est idéale en bordure de haies, de maison ou encore pour fleurir et aménager un mur ou une palissade.

Elle se cultive parfaitement bien sous notre climat et affectionne un sol humide et une exposition ensoleillée.

Ici, je vais vous expliquer comment récupérer des graines afin de vous constituer vos propres plants.

Après la floraison, lorsque la plante fane, la base de la fleur se referme sur elle-même. Et c’est ici qu’elle cache ses graines !

Ouvrez délicatement ce qui reste donc d’une fleur fanée, de préférence la plus grosse, retirez la membrane fanée et récupérez tout simplement le contenu. Pour être sûr de bien identifier les graines, reportez-vous aux photos. Elles sont grandes, fines et rondes disposées les unes derrière les autres, légèrement accrochées entre elles autour du centre de la fleur. Dissociez les graines les unes des autres puis conservez les tout l’hiver dans un endroit frais et sec, dans une enveloppe ouverte.

Au printemps faites les prendre dans un bac relativement profond car ses racines vont en profondeur même à l’état de jeunes pousses. Prenez de préférence un pot en plastique pour créer un effet de serre, percé au fond, idéalement avec une terre spéciale pour semis mais une terre très légère fera aussi bien l’affaire.

Remplissez complètement votre bac de terre, tassez légèrement. Avec un crayon, faites des trous de 2 cm de profondeur, disposez une graine par trou seulement. Remettez un peu de terre et tassez de nouveau légèrement pour enlever les poches d’air.

Arrosez copieusement et couvrez votre bac d’un film plastique alimentaire que vous aurez préalablement percé afin de laisser l’air circulé. Enfin, exposez mi-ombre ou dans un endroit lumineux.

Veillez à ce que le substrat soit toujours bien humide jusqu’à la levée des graines sous 2 à 3 semaines environ. Les trois conditions à remplir pour leurs levées sont : chaleur, humidité et lumière.

Une fois que les semis auront 4 à 5 feuilles, vous pourrez les replanter en prenant soin d’enlever à l’aide d’une grosse cuillère un maximum de terre et de racines pour être sur de ne pas les abîmer.

Rose tremiere
Rose trémière

Crédit photo : @bosket_paris

Publié le 6 commentaires

J’ai fait pousser un pêcher à partir d’un noyau…😉

Vous n’allez pas me croire et pourtant si, c’est vrai !

J’ai fait pousser un pêcher à partir d’un noyau !

Un ami jardinier plutôt « pote-âgé » d’ailleurs, m’a donné l’année dernière de magnifiques pêches de son propre jardin.

Leurs odeurs étaient tellement envoûtantes. A vrai dire, je n’affectionne pas trop les fruits mais là, je suis tombée sous le charme.

Élevées sans pesticides, les pêches contenaient des vers. Et oui, ils sont signes d’excellents fruits sucrés et naturels. En effet, les vers vont par essence se nourrir dans des fruits sains et très parfumés.

Et puis, m’est venue l’idée de faire germer le noyau. Comme je vous l’ai dit, j’adore tenter des expériences !!

J’ai donc pris parti de laisser le cycle naturel se faire. Après avoir nettoyé le plus gros des noyaux et pris soin de retirer toute la pulpe, je l’ai déposé dans un pot sur ma terrasse tout l’hiver.

Ainsi, j’ai laissé le noyau en extérieur au froid. Cette période est primordiale pour la germination de la graine, sans quoi il ne se passerait rien !

Puis au printemps, j’ai immergé le noyau dans de l’eau à température ambiante pendant 3-4 jours. Cette action a pour objectif de réhydrater le noyau et d’humidifier l’intérieur pour « réveiller«  la graine.

Ensuite, j’ai planté en pot et exposé plein soleil. Plusieurs semaines après, mi-mai première pousse puis une seconde dans la foulée ! Le noyau avait donc 2 graines. Imaginez ma satisfaction ! Je vous laisse apprécier le résultat en photos. Aujourd’hui, j’ai donc deux pieds que je vais tresser pour obtenir un tronc original et un plant qui mesure 65cm. Le tout en culture en pot, rappelons le…

Cela a fonctionner pour les pêches! Alors essayez avec d’autres fruits à noyaux type abricot, prune ou même cerise, je ne vois pas pourquoi cela ne marcherait pas !

À vous de jouer !!! 😉