Publié le

La fleur du fruit de la passion, une beauté exceptionnelle


Connaissez-vous cette fleur ? Celle du fruit de la passion ou Passiflore ? D’une beauté exceptionnelle avec des détails infinis et des couleurs vives, c’est un véritable plaisir pour les yeux !

Appelée également grenadille ou maracuja, cette plante grimpante originaire d’Amérique du Sud, peut désormais arborer nos jardins sous certaines conditions.


Exposition de la passiflore

La grenadille a besoin de chaleur et se cultive dans un environnement chaud. Optez pour une exposition ensoleillée et protégée de vents froids et asséchants.

Comme tout plante grimpante, elle va avoir besoin d’un support pour s’arrimer et s’épanouir. L’idéal est donc de la placer contre un mur qui saura lui restituer la chaleur emmagasinée pendant les journées.



Quel terre pour le fruit de la passion ?

Une plantation en pleine terre est nettement favorable, dans un sol riche et humifère mais léger et bien drainé avec un préférence pour un mélange à tendance acide faite de terre de jardin et de terre de bruyère.

La culture en pot fonctionne également très bien et dans ce cas il est important de veiller à bien la tailler pour maintenir un équilibre entre le volume aérien de la plante et le volume de la motte.



Quand planter le maracuja ?

On plante en principe au printemps les plants qui ont déjà quelques années.

Quant aux semis, vous pouvez les réaliser à partir de graines fraîches récoltées dans un fruit dès fin mars – début avril ; attention toutefois à ne pas conservez pas les graines trop longtemps car le semis ne réussit que si celles-ci sont fraîches.

Pour cela, récupérer les graines et nettoyez-les à l’eau claire dans une passoire pour les débarrasser entièrement de leur pulpe. Ensuite, déposez et enveloppez les graines dans du papier absorbant, et déposez le tout sur du terreau à semis, recouvrez d’une fine couche de terreau et humidifiez avec un vaporisateur.

Conservez- les à la lumière et à la chaleur (20° environ) et brumisez régulièrement jusqu’à l’apparition des premières feuilles qui lèvent sous 20 jours en moyenne.

Dès que les jeunes plants ont 4 à 5 feuilles, repiquez-les dans des godets individuels. Les jeunes plants seront à rentrer l’hiver ou à protéger d’un voile d’hivernage et d’un paillage s’ils restent en extérieur.

Arrosage de la grenadille

En été, arrosez généreusement tôt le matin ou tard le soir, au pied de la motte et sans asperger le feuillage ni les fleurs. Le reste de l’année laissez la nature faire… En cas d’absence de pluie prolongée quelques mois, arrosez modérément.



Entretien du Maracuja

Au printemps, taillez et rabattez la passiflore qui peut vite devenir envahissante. Supprimez les rameaux morts qui auraient pu être brûler par le froid au raz de la motte et n’ayez crainte la passiflore supporte très bien les tailles même sévères.

La taille d’entretien, quant à elle, se concentre sur les tiges secondaires de l’année précédente, non ramifiées. Coupez les tiges à 20 cm de la base. Les tiges principales qui forment la structure sont quant à elles conservées.

Si toutes les parties aériennes semblent avoir gelées, coupez tout le plant à raz. Si les racines n’ont pas été impacté, le plant repartira de la souche.

En été pendant la floraison, supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure.

A noter qu’il n’est pas utile de tailler les 4 premières années et qu’il faut comptez environ 3 années de culture avant de pouvoir déguster les premiers fruits.


Maladies de la Passiflore

Le maracuja est sensible aux pucerons, araignées rouges et mouches blanches ou aleurodes en cas de sécheresse, ou encore aux cochenilles en cas d’excès d’humidité.

Dans ce cas traitez par pulvérisation avec une solution à base de savon noir et ajuster l’humidité pour rétablir un équilibre.


Comment profiter des fleurs ?

Malheureusement, les fleurs du fruit de la passion ne se travaillent pas vraiment en bouquet. Il est donc pas possible d’en profiter en tant que fleurs coupées dans un vase traditionnel.

Ma petite astuce pour en profiter dans la maison est une présentation des fleurs à plat comme des bougies flottantes, en décor de table. Dans ce cas, coupez à raz la fleur, posez-la sur l’eau et laissez-la tout simplement flotter comme sur la photo ci-dessous !


Mon matériel de jardinage

(*Liens affiliés : en passant par ces liens, vous me permettez de toucher un petit pourcentage sans que cela ne vous coute plus cher évidemment. Merci infiniment pour votre soutien !)

Publié le 21 commentaires

Faire pousser un citronnier, un jeu d’enfant // 1 an après ! #Tuto #DIY

LE CITRONNIER, DU PÉPIN AU JEUNE PLANT

Il y a un an j’ai fait germé des pépins de citron et aujourd’hui c’est avec plaisir que je vous montre leur croissance et vous explique en détails les soins apportés pendant cette année, saison après saison : exposition, arrosage, taille, rempotage, soin…

Vous saurez tout, alors tenterez-vous l’expérience « Citronnier »?


1ère ÉTAPE : GERMINATION DES PÉPINS

Reportez-vous au précédent article ci-dessous qui détaille étapes par étapes comment faire germer les pépins de citrons.


2ème ÉTAPE : CULTURE DES JEUNES PLANTS DE CITRON

Cela se résume très simplement : beaucoup d’eau et de soleil.

Du printemps bien entamé, lorsque les gelées sont définitivement terminées vers le 15/05 jusqu’au premier froid d’automne, une exposition en extérieure plein sud, plein soleil est idéale avec un arrosage abondant.

Pour bichonner vos jeunes plants de citrons, vous devez leur apporter tous les soins adaptés à leurs besoins de jeunes plants afin de les cultiver en mode « couveuse ».



5 éléments essentiels à retenir :

  • un terreau pour agrume, plante méditerranéenne ou encore horticole allégé et bien drainé,
  • une couche de drainage de billes d’argile au fond d’un pot perçé,
  • un arrosage abondant. Le terreau doit resté humide surtout en période de forte chaleur ou légèrement sec en surface quand les températures sont plus agréables. Arrosez avec de l’eau à température ambiante pour éviter tout choc thermique au niveau des racines.
  • un fertilisant pour plante agrume,
  • une taille ponctuelle pour créer la structure du jeune plant, favoriser les ramifications des tiges, ainsi que la création du moins la transformation de tiges verte en bois.

Avec son jeune âge, on peut pratiquer la taille en pleine période de croissance, tout au long de l’été afin de le booster un maximum.

La taille est une étape primordiale pour fortifier la plante. Cela force le jeune plant à faire de nouvelles pousses qui deviendront de nouvelles tiges mais aussi à transformer les jeunes tiges vertes en bois et futurs branches d’arbres.

N’oubliez pas d’affuter vos outils de taille, car plus la taille est propre et nette moins elle est agressive pour la plante.

Puis, dès les premiers froid, il est préférable de le rentrer en intérieur, avec une exposition la plus ensoleillée possible derrière une baie vitrée au sud, idéalement ou la plus lumineuse possible.

Avec les températures de nos intérieurs en hiver, je maintiens un arrosage fréquent par bassinage de 24 heures quand le terreau est sec en surface.

J’ai naturellement déjà effectué un rempotage nécessaire à la croissance.


Jeunes Plants de Citronniers

QUELQUES ERREURS A ÉVITER

Le citronnier n’aime pas :

  • les zones trop ventées,
  • les emplacements au nord,
  • le stress hydrique : oublis d’arrosages,
  • un terreau mal drainé ou un pot non perçé qui entrainerait avec certitudes l’arrivée de moucherons,
  • Jeunes plants, les températures inférieures à 7-10°C, beaucoup plus de tolérance pour les plants adultes.


Au fur et à mesure de sa croissance, ses besoins vont évoluer. Plus tard, il pourra passer l’hiver sous un voile d’hivernage ou dans un pièce hors gel.

Pour les plants de citrons adultes, je vous conseille un arrosage par oya, car il évite tout stress hydrique dont les plants d’agrumes sont sensibles.


MON MATERIEL POUR PRENDRE SOIN D’UN CITRONNIER


Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poster en commentaire, je vous répondrai avec plaisir.


Crédits photos et textes : OSezPlanterCaPousse
Publié le Un commentaire

Des palmiers pour 0€, c’est possible…

Comment réaliser ses propres plants de palmiers sans dépenser 1 € ?

Découvrez et apprenez comment faire germer vos graines de palmiers et vous constituer une véritable palmeraie, le tout sans rien (ou presque) dépenser.

Regardez bien la vidéo dans son intégralité, les conseils et astuces sont répartis un peu partout, alors ne manquez rien !

Si cet article vous a plu ou vous a été utile, n’oubliez pas de Liker, Commenter et Partager et de vous abonner au Blog et à la chaîne Youtube.



Crédits : photo, texte, et vidéo OsezPlanterCaPousse
Publié le 6 commentaires

J’ai fait pousser un pêcher à partir d’un noyau…😉

Vous n’allez pas me croire et pourtant si, c’est vrai !

J’ai fait pousser un pêcher à partir d’un noyau !

Un ami jardinier plutôt « pote-âgé » d’ailleurs, m’a donné l’année dernière de magnifiques pêches de son propre jardin.

Leurs odeurs étaient tellement envoûtantes. A vrai dire, je n’affectionne pas trop les fruits mais là, je suis tombée sous le charme.

Élevées sans pesticides, les pêches contenaient des vers. Et oui, ils sont signes d’excellents fruits sucrés et naturels. En effet, les vers vont par essence se nourrir dans des fruits sains et très parfumés.

Et puis, m’est venue l’idée de faire germer le noyau. Comme je vous l’ai dit, j’adore tenter des expériences !!

J’ai donc pris parti de laisser le cycle naturel se faire. Après avoir nettoyé le plus gros des noyaux et pris soin de retirer toute la pulpe, je l’ai déposé dans un pot sur ma terrasse tout l’hiver.

Ainsi, j’ai laissé le noyau en extérieur au froid. Cette période est primordiale pour la germination de la graine, sans quoi il ne se passerait rien !

Puis au printemps, j’ai immergé le noyau dans de l’eau à température ambiante pendant 3-4 jours. Cette action a pour objectif de réhydrater le noyau et d’humidifier l’intérieur pour « réveiller«  la graine.

Ensuite, j’ai planté en pot et exposé plein soleil. Plusieurs semaines après, mi-mai première pousse puis une seconde dans la foulée ! Le noyau avait donc 2 graines. Imaginez ma satisfaction ! Je vous laisse apprécier le résultat en photos. Aujourd’hui, j’ai donc deux pieds que je vais tresser pour obtenir un tronc original et un plant qui mesure 65cm. Le tout en culture en pot, rappelons le…

Cela a fonctionner pour les pêches! Alors essayez avec d’autres fruits à noyaux type abricot, prune ou même cerise, je ne vois pas pourquoi cela ne marcherait pas !

À vous de jouer !!! 😉