Publié le

La fleur du fruit de la passion, une beauté exceptionnelle


Connaissez-vous cette fleur ? Celle du fruit de la passion ou Passiflore ? D’une beauté exceptionnelle avec des détails infinis et des couleurs vives, c’est un véritable plaisir pour les yeux !

Appelée également grenadille ou maracuja, cette plante grimpante originaire d’Amérique du Sud, peut désormais arborer nos jardins sous certaines conditions.


Exposition de la passiflore

La grenadille a besoin de chaleur et se cultive dans un environnement chaud. Optez pour une exposition ensoleillée et protégée de vents froids et asséchants.

Comme tout plante grimpante, elle va avoir besoin d’un support pour s’arrimer et s’épanouir. L’idéal est donc de la placer contre un mur qui saura lui restituer la chaleur emmagasinée pendant les journées.



Quel terre pour le fruit de la passion ?

Une plantation en pleine terre est nettement favorable, dans un sol riche et humifère mais léger et bien drainé avec un préférence pour un mélange à tendance acide faite de terre de jardin et de terre de bruyère.

La culture en pot fonctionne également très bien et dans ce cas il est important de veiller à bien la tailler pour maintenir un équilibre entre le volume aérien de la plante et le volume de la motte.



Quand planter le maracuja ?

On plante en principe au printemps les plants qui ont déjà quelques années.

Quant aux semis, vous pouvez les réaliser à partir de graines fraîches récoltées dans un fruit dès fin mars – début avril ; attention toutefois à ne pas conservez pas les graines trop longtemps car le semis ne réussit que si celles-ci sont fraîches.

Pour cela, récupérer les graines et nettoyez-les à l’eau claire dans une passoire pour les débarrasser entièrement de leur pulpe. Ensuite, déposez et enveloppez les graines dans du papier absorbant, et déposez le tout sur du terreau à semis, recouvrez d’une fine couche de terreau et humidifiez avec un vaporisateur.

Conservez- les à la lumière et à la chaleur (20° environ) et brumisez régulièrement jusqu’à l’apparition des premières feuilles qui lèvent sous 20 jours en moyenne.

Dès que les jeunes plants ont 4 à 5 feuilles, repiquez-les dans des godets individuels. Les jeunes plants seront à rentrer l’hiver ou à protéger d’un voile d’hivernage et d’un paillage s’ils restent en extérieur.

Arrosage de la grenadille

En été, arrosez généreusement tôt le matin ou tard le soir, au pied de la motte et sans asperger le feuillage ni les fleurs. Le reste de l’année laissez la nature faire… En cas d’absence de pluie prolongée quelques mois, arrosez modérément.



Entretien du Maracuja

Au printemps, taillez et rabattez la passiflore qui peut vite devenir envahissante. Supprimez les rameaux morts qui auraient pu être brûler par le froid au raz de la motte et n’ayez crainte la passiflore supporte très bien les tailles même sévères.

La taille d’entretien, quant à elle, se concentre sur les tiges secondaires de l’année précédente, non ramifiées. Coupez les tiges à 20 cm de la base. Les tiges principales qui forment la structure sont quant à elles conservées.

Si toutes les parties aériennes semblent avoir gelées, coupez tout le plant à raz. Si les racines n’ont pas été impacté, le plant repartira de la souche.

En été pendant la floraison, supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure.

A noter qu’il n’est pas utile de tailler les 4 premières années et qu’il faut comptez environ 3 années de culture avant de pouvoir déguster les premiers fruits.


Maladies de la Passiflore

Le maracuja est sensible aux pucerons, araignées rouges et mouches blanches ou aleurodes en cas de sécheresse, ou encore aux cochenilles en cas d’excès d’humidité.

Dans ce cas traitez par pulvérisation avec une solution à base de savon noir et ajuster l’humidité pour rétablir un équilibre.


Comment profiter des fleurs ?

Malheureusement, les fleurs du fruit de la passion ne se travaillent pas vraiment en bouquet. Il est donc pas possible d’en profiter en tant que fleurs coupées dans un vase traditionnel.

Ma petite astuce pour en profiter dans la maison est une présentation des fleurs à plat comme des bougies flottantes, en décor de table. Dans ce cas, coupez à raz la fleur, posez-la sur l’eau et laissez-la tout simplement flotter comme sur la photo ci-dessous !


Mon matériel de jardinage

(*Liens affiliés : en passant par ces liens, vous me permettez de toucher un petit pourcentage sans que cela ne vous coute plus cher évidemment. Merci infiniment pour votre soutien !)

Publié le

Qu’est-ce-que le Slow Flower ?


Le saviez-vous ? La plus part des fleurs coupées que l’on trouve dans le commerces proviennent de loin voire de très loin et ont un fait long voyage avant d’arriver chez vous pour décorer et enivrer votre séjour d’un doux parfum.

Offrir un bouquet de fleurs est rarement un acte écologique. Où cultive-t-on les fleurs coupées ? Quelles sont les pratiques actuelles et l’impact sur notre environnement ?

Existe-il des alternatives pour faire plaisir tout en faisant un achat éco-responsable qui tendent vers des pratiques de consommation locale et durable ? Quelles sont les solutions plus respectueuses de l’environnement et notre planète ? Qu’est-ce que le Slow Flower ? Comment s’y retrouver et finalement où acheter ses fleurs ?


D’OU PROVIENNENT LES FLEURS COUPÉES ? QUEL EST L’IMPACT SUR NOTRE ENVIRONNNEMENT ?

Produites essentiellement aux Pays-Bas ou au Kenya suivi par l’Ethiopie & l’Amérique du Nord, la production de fleur coupée est donc un marché gourmand en énergie. Cultivée dans des pays chauds, elle doit être réfrigérée et rapatriée et inversement dans les pays frais elle doit être chauffée.

La production d’une rose rejetterait autant de CO2 qu’un trajet de 5km en voiture !! Juste incroyable non ? Et tout ça pour une durée de vie de seulement quelques jours ….

Finalement que la fleur soit produite aux Pays-Bas sous serre éclairée et chauffée ou au Kenya à l’air libre puis exportées par avion réfrigéré, l’impact environnemental et le bilan carbone serait sensiblement le même selon une étude scientifique.



QUELLES SONT LES SOLUTIONS ALTERNATIVES ? QU’EST-CE-QUE LE SLOW FLOWER ?

Le SLOW FLOWER est un nouveau concept émergeant qui vise à changer nos modes de consommation mais aussi à relancer la production de fleurs en France.

Le SLOW FLOWER, littéralement « fleurs lentes », revendique donc une production de fleurs au rythme de la nature et des saisons, de manière la plus respectueuse de l’environnement et de la biodiversité possible puis vendues ensuite localement en circuit court.

Actuellement, on compte environ 400 producteurs en France contre 8 000 il y a 35 ans.


COMMENT S’Y RETROUVER ? OU ACHETER SES FLEURS ?

L’industrie de la fleur coupée s’organise et des labels se mettent à voir le jour. Certes, il y en a moins que dans l’alimentaire fort heureusement, mais on ressent clairement une volonté des industriels de normaliser davantage pour informer le client et jouer la transparence.

Les deux labels, à retenir à mon sens, sont le label «Fleurs de France». Lancé en 2015, il garantit que la fleur a été cultivée en France.

Et le label Plante Bleue qui garantit une production française et prend en compte une dimension éco-responsable respectueuse de l’environnement. Dispositif renforcé dernièrement par une certification Haute Valeur Environnementale (HVE), niveau d’exigence le plus élevé de certification environnementale et sociale.

Il existe donc des solutions, acheter des fleurs de saison directement aux producteurs français en circuit court ou via des artisans fleuristes à l’instar de Monsieur Marguerite qui livre partout en France des fleurs de saison produites à 100% par des producteurs français.

Monsieur Marguerite est mon gros coup de coeur. Leur slogan « Cultivons l’amour » est à l’image de leurs ambitions : embellir votre vie et celle des personnes que vous aimez avec des bouquets de fleurs cultivées près de chez vous ! Vous y trouverez des bouquets de fleurs à variété unique ou des mélanges de fleurs variées hautes en couleurs pour un été coloré et festif !

Pour plus d’infos, rdv sur Monsieur Marguerite !

Source : Futura Science