Publié le Un commentaire

Comment entretenir ses poteries terre cuite ?

Les poteries terre cuite faites d’argile naturelle, qui arborent nos balcons, jardins et autres terrasses, offrent de nombreux avantages mais présentent également l’inconvénient de se couvrir de taches avec le temps.

Alors, comment entretenir ses poteries terre cuite ? Comment les nettoyer efficacement sans les abîmer ? A quelle fréquence ? Et comment les protéger des fissures ?


Avec les poteries terre cuite, il y a un avant – un pendant – et un après.

Et oui toutes les phases sont importantes pour limiter les taches blanches dû au calcaire et les décolorations dûes aux engrais, dépôts organiques et substrat trop riche.


ENTRETIEN DES POTS AVANT PREMIÈRE UTILISATION

Avant toute première utilisation, il est primordial de faire tremper les pots neufs pendant 48 h dans l’eau de pluie de préférence.

Après ce trempage, les pots doivent être complètement sec avant d’accueillir une plante.

Autant que possible, retournez-les et faites les sécher au soleil. Il n’est pas utile de les essuyer. Seuls le soleil et le vent assècheront correctement vos pots.


ENTRETIEN DES POTS PENDANT L’UTILISATION

Afin de protéger vos poteries des gelées et des fissures, il est essentiel de prendre quelques précautions :

  • A la plantation, il est déterminant de prévoir un drainage de qualité pour limiter toute eau stagnante au fond ou une humidité excessive de la motte de manière générale. Quelques cailloux plus grossiers au fond et des billes d’argile en couche épaisse seront garants d’un drainage adéquat. Pour pérenniser ce dispositif, et éviter que la terre « ne file au fur et à mesure » dans « la zone de drainage » je rajoute un feutre de plantation entre les billes d’argile et la terre, permettant ainsi à chacun de rester à sa place et de ne pas se mélanger.
  • En hiver, supprimez les soucoupes et surélevez de quelques centimètres vos poteries afin qu’elles ne soient pas en contact direct avec le sol, écartant tout risque de gel.
  • En pleine saison, n’oubliez pas de tourner vos poteries. Outre le fait que cela profitera à son hôte, exposez alternativement au nord et au sud, l’effet patine de la poterie sera d’autant plus agréable et homogène, ne vieillissant pas de la même manière au nord et au sud.


COMMENT NETTOYER SES POTERIES TERRE CUITE ?

Une fois encrassées, il est de bon ton de nettoyer vos poteries car mine de rien, ce calcaire obstrue la porosité de la terre cuite et réduit de ce fait les bienfaits des échanges thermiques que l’argile permet.

Et pas de secret, l’huile de coude est nécessaire. Vous pouvez utiliser selon le niveau de salissure une brosse en chiendent, ou dans les cas les plus extrêmes une paille de fer. Brossez délicatement pour ne pas entamer l’argile et rayer vos poteries. Seules les tâches les plus coriaces et épaisses nécessitent la paille de fer.

L’ajout de vinaigre blanc est conseillé. Très efficace pour dissoudre le calcaire, vous pouvez le diluer ou agir localement. Rincez abondement à l’eau claire ensuite, et faites sécher comme décrit précédemment.

Après le « décapage », vous pouvez nourrir vos poteries en appliquant avec un chiffon sec de l’huile de tournesol, de l’huile de lin. Massez et faisant des ronds et essuyez le surplus. A appliquer sur pots neufs ou nettoyés.


Ces entretiens sont à renouveler dès que les pots le nécessitent, sans fréquence particulière.

Le printemps arrive bientôt, alors prêts pour le nettoyage de printemps des pots ?



Crédits textes et photos : OsezPlanterCaPousse
Publié le 5 commentaires

Alocasia Zebrina, un zèbre-éléphant dans le salon

Cette plante tropicale s’est très vite frayée un chemin dans nos salons avec son allure entre le zèbre et l’éléphant nous plongeant cette fois-ci, non pas dans la jungle, mais plutôt dans la savane africaine.

Ses longues tiges zébrées plus ou moins claires en fonction de leurs maturités, et ses feuilles XXL aux formes d’oreilles d’éléphants lui valent d’ailleurs les surnoms de plante zèbre ou plante oreilles d’éléphants !



J’ai cette plante depuis 6 mois et c’est un véritable bonheur de l’observer grandir et produire de magnifiques tiges et feuilles. Elle imposante, majestueuse, originale, et sa croissance modérée fait d’elle une plante d’intérieur parfaite !

Originaires des forêts tropicales d’Asie, elle apprécie donc les espaces lumineux sans soleil direct ou quelques minutes seulement d’un soleil très léger du matin ou du soir, mais elle se plaira tout aussi bien dans un espace moins lumineux poussant à l’abri de grands arbres à l’état sauvage.

Ses racines sont des rhizomes ou tubercules et constituent une réserve d’eau pour la plante. Elle a donc besoin d’une terre légère et bien drainée pour plante d’intérieur et d’un arrosage régulier en quantité modérée.


 Alocasia zebrina
Alocasia zebrina

Voici mes petites astuces de culture, d’entretien et de soins :

Je l’ai placé dans ma cuisine, une pièce plutôt humide et relativement éloignée de la fenêtre. Son emplacement actuel est plutôt tamisé, sans soleil et lumière directe.

Je l’arrose une fois tous les 15 jours avec de l’eau tiède à raison de 50cl, et j’attends que le terreau soit sec juste en surface pour arroser de nouveau. Son terreau doit être entre humide et légèrement sec en surface de manière constante. L’utilisation d’oya en terre cuite pour arroser ce type de plante est tout à fait adapté. Découvrez cette astuce d’arrosage écologique ici.

Pour assurer un bon développement bactérien, prévenir des mauvaises odeurs ou encore des maladies fongiques propices aux plantes tropicales, j’utilise du charbon de bois actif. Cet élément naturel que je mets directement dans la terre est une astuce très simple et d’une efficacité à toute épreuve. Vous pouvez utiliser aussi un simple morceau ce charbon de bois.

L’ajout d’engrais est conseillé en période de croissance d’Avril à Octobre pour lui apporter les nutriments nécessaires qu’elle puise et qu’il faut renouveler régulièrement.

Pour lui faciliter de le travail de photosynthèse, un nettoyage des feuilles tous les mois s’impose afin qu’elle capte le maximum de lumière surtout en période hivernale où les jours sont plus courts. Vous pouvez soit dépoussiérer avec délicatesse les feuilles à l’aide d’un linge humide, ou le cas échéant une petite douche tous les 15 jours lui sera tout aussi bénéfique.

Enfin, un tuteur pour maintenir les feuilles et réduire éventuellement le diamètre de la plante qui a tendance à « s’étaler » si on lui en laisse l’opportunité, peut être utilisé.


 Alocasia zebrina
Alocasia zebrina

BOUTURAGE

3 possibilités s’offrent à vous :

Prélevez une tige double (c’est-à-dire avec 2 tiges minium maintenues ensemble à la base) si possible directement avec des racines et des rhizomes à l’occasion d’un rempotage par exemple et replantez en terre votre bouture déjà racinée.

Vous avez essayé mais zut, les racines ne sont pas venues ! Ce n’est pas grave, plongez votre bouture dans un vase avec de l’eau à température ambiante. Prenez soin d’elle en suivant ces quelques conseils et au bout de quelques semaines des racines relativement grosses et blanches vont apparaître. Dès que vous avez une dizaine de racines d’environ dix centimètres, replantez votre bouture en terre.

Dernière option, attendre patiemment la formation de rejet. C’est la solution la plus simple finalement ! Laissez la nature faire les choses.

Les rejets sont formés par les plantes lorsqu’il y a déséquilibre entre sa masse racinaire et sa masse aérienne. Donc finalement l’abstention de rempotage permet la formation de rejets. Prélevez délicatement le rejet avec ses racines et replantez en terre.

NB : Pour réaliser ces manipulations parfois délicates, je vous conseille de le faire lorsque la plante est plutôt sèche. Les racines se sépareront plus facilement et cela diminue les risques de les casser.


BON A SAVOIR

Enfin, sachez qu’une feuille qui jaunit est très souvent signe de nouvelles feuilles en formation, alors scrutez bien la base des tiges et si vous constatez des gonflements c’est sûrement une feuille qui se prépare.

Petite particularité et bizarrerie sur la photo ci-dessous que j’ai imputé à un manque d’eau. Cette feuille qui se retourne sur elle-même telle une virgule a repris finalement sa forme normale au bout de quelques jours.


 Alocasia zebrina
Alocasia zebrina

Pour aller plus loin, découvrez en vidéo YT l’entretien, l’arrosage, le rempotage, l’exposition, les soins, les maladies et traitements naturels.

Crédits photos, vidéos et textes : OsezPlanterCaPousse
Publié le 2 commentaires

La plante à collier de perles, tout savoir sur le Senecio Rowleyanus #vidéo

Ultra-tendance, la plante à collier de perles ou Senecio Rowleyanus est un des must-have du moment apportant autant de satisfaction que de déception.

Culture, bouture, arrosage, exposition, entretien, soins… le Senecio n’aura donc plus de secret pour vous.

Il m’aura fallu plusieurs mois d’apprivoisement avec cette succulente avant de réaliser cette vidéo et de vous délivrer mes conseils. De vraies astuces de culture qui vous permettront d’en obtenir le meilleur !


Si cet article ou cette vidéo vous a plu ou vous a été utile, n’oubliez pas de Commenter et Partager et surtout de vous abonner au Blog et à la chaîne Youtube.



Senecio roleyanus
Senecio roleyanus

Crédit texte et vidéo : OsezPlanterCaPousse
Publié le

Discret et élégant, le Sophora prostrata « Little baby »

Ajoutez une touche d’originalité avec cette variété horticole de type arbustive, légère et graphique.

Avec ses branches en zig-zag et son feuillage vert foncé luisant d’une sobriété à toute épreuve, découvrez le Sophora prostrata « Little Baby ».

D’une élégance aérienne, subtile et singulière lui conférant une grâce sans nulle autre pareille, voici une plante que vous ne retrouverez pas chez tout le monde.

Originaire de Nouvelle-Zélande, cet arbre nain vivace, de culture facile, au port buissonnant, se cultive en extérieur et atteint à maturité 1 m de haut pour 1,20 m de large.

Il nécessite une exposition au soleil ou à la mi-ombre et un sol normal frais, drainant et sableux.

Résistant à des températures négatives de -8°C malgré des feuilles caducs, on le cultive dans nos régions, en pleine terre en sujet isolé ou en pot.

L’hiver, si les températures négatives persistent plusieurs jours, il faudra le protéger du froid avec un voile d’hivernage et un paillage au pied du plant.

La plantation se pratique au printemps ou à l’automne. Arrosez copieusement et maintenez une certaine fraicheur pendant l’été, sans excès d’humidité. Apportez également un engrais complet type organique les deux premières années de Mars à Juin. Puis, le reste de l’année, laissez la nature faire.

Pour une plantation en pot, préférez une poterie terre cuite qui favorisera l’échange thermique et ajoutez un lit de billes d’argile afin de faciliter le drainage. Arrosez régulièrement pour maintenir un sol frais et humide sans pour autant détremper la motte. Veillez également au bon écoulement de l’eau d’arrosage.

Autre avantage non négligeable : aucune taille n’est vraiment nécessaire, si ce n’est une taille légère d’équilibre au printemps pour maintenir une forme homogène et retirer les rameaux abimés ou en sur nombre.

Patience, patience….le Sophora Little Baby produit au bout de quelques années des petites fleurs parfumées, en forme de bec de perroquet, jaune orangé, en fin de printemps.

Crédits photos et textes : OsezPlanterCaPousse
Remerciements : Les Serres du Lycée horticole de Lyon-Dardilly
Publié le

Comment cultiver et rempoter des cactus ? Tout savoir de A- Z

Découvrez dans cette vidéo comment cultiver et rempoter un cactus.

Je vous explique tout pour réussir votre expérience cactus.

De la culture, à l’entretien en passant par l’exposition, l’arrosage, le rempotage, et l’hivernage. Pleins de petites astuces vous sont présentées alors regardez bien la vidéo jusqu’à la fin.

Si cet article vous a plu ou vous a été utile, n’oubliez pas de Liker, Commenter et Partager et de vous abonner au Blog et à la chaîne Youtube.



Crédits texte et vidéo : OsezPlanterCaPousse

Crédit musique : See you de @iksonoffical